Actualités du Territoire Grand Paris

  • Stationnement et handicap : APF France handicap interpelle le Ministre délégué aux Transports.

    Suite à des problèmes récurrents en matière de stationnement rencontrés par les personnes en situation de handicap, notre association vient d’écrire à Jean-Baptiste Djebbari, Ministre délégué aux Transports.
     
    En effet, les personnes en situation de handicap se heurtent à des limitations de la gratuité du stationnement et à une multiplication d’applications numériques locales pour gérer le stationnement dans les villes. Des obstacles complexifiant leurs déplacements.
     
    Selon l’article L. 241-3-2 du Code de l’action sociale, « la carte de stationnement pour personnes handicapées permet à son titulaire ou à la tierce personne l'accompagnant d'utiliser, à titre gratuit et sans limitation de la durée de stationnement, toutes les places de stationnement ouvertes au public. »
    Le même article ajoute que « toutefois, les autorités compétentes en matière de circulation et de stationnement peuvent fixer une durée maximale de stationnement qui ne peut être inférieure à douze heures. »
    Or, il s’avère que non seulement un nombre croissant de collectivités limite la gratuité au-delà du seuil de 12 heures, mais qu’également les durées diffèrent d’une ville à l’autre, ce qui complexifie grandement la vie quotidienne des personnes en termes de lisibilité du dispositif.
    Nous demandons donc que la durée maximale de stationnement gratuit soit uniforme sur tout le territoire national.
     
    De plus, la dernière réforme de la municipalisation du stationnement avec le système LAPI (Lecture Automatisé des Plaques d’Immatriculation) a impacté les personnes en situation de handicap.
     
    Ainsi, de plus en plus de collectivités territoriales mettent en place des applications numériques locales afin que les titulaires d’une carte de stationnement (carte CMI et carte européenne) pour personnes en situation de handicap puissent se signaler pour pouvoir bénéficier de la gratuité afférente.
     
    Il en ressort 2 effets pervers :

    • Les collectivités demandent aux résidents titulaires d’une des 2 cartes, de se signaler sur leur application numérique locale. Or, le principe est qu’une carte de stationnement est attachée à une personne, non à un véhicule. Les pratiques des collectivités ne respectent donc pas ce principe. 
    • La multiplication des applications numériques locales complique aussi beaucoup la vie quotidienne des personnes en situation de handicap pour leurs déplacements. Pourtant, l’actuel Gouvernement s’est engagé à simplifier la vie administrative des personnes en situation de handicap.
     
    Aussi, nous demandons la création une application numérique nationale, ce qui faciliterait grandement le quotidien des titulaires d’une carte de stationnement.
     

    Télécharger le courrier

  • Jeudi 16/09 : Mobilisation nationale pour la déconjugalisation de l'AAH !

    AAH : Stop à la dépendance financière dans le couple !

    Le 16 septembre, des rassemblements auront lieu dans toute la France pour dire STOP À LA DÉPENDANCE FINANCIÈRE des bénéficiaires de l'allocation aux adultes handicapés (AAH).

    Aujourd'hui, le montant de l'AAH est calculé en fonction des ressources du couple. Ainsi, 270 000 personnes en situation de handicap en couple perçoivent une AAH réduite ou en sont privées.

    Les personnes concernées et les associations dénoncent depuis des années cette injustice. L'AAH n’est pas un minimum social comme les autres ; les personnes en situation de handicap doivent conserver leur autonomie financière lorsqu'elles ne peuvent pas travailler, condition intrinsèque du respect de leurs droits, de leur santé et de leur dignité.

    Grâce à l'implication de nombreux parlementaires et à la forte mobilisation des personnes concernées, des associations, de personnalités de la société civile, une proposition de loi permettant d’individualiser le calcul de l'AAH (c’est-à-dire sans prendre en compte les revenus du couple), a été votée en première lecture à l'Assemblée nationale en février 2020 puis au Sénat en mars 2021. Une pétition en ligne sur le site du Sénat a obtenu plus de 100 000 signatures en début d’année.

    Malgré cette forte mobilisation et l'accord de l'ensemble des partis politiques, le gouvernement a, en deuxième lecture, de nouveau modifié la proposition de loi en substituant à l'individualisation une mesure alternative d'augmentation du plafond de ressources. Cela ne répond pas à notre revendication de déconjugalisation de l'AAH, soutenue par le Défenseur des droits et la commission nationale consultative des Droits de l’homme (CNCDH).

    Pire, le 17 juin, le gouvernement est passé en force, avec un vote bloqué sur l'ensemble du texte, s’apparentant à un déni de démocratie et une entrave organisée au débat au sein de la représentation nationale. Il est encore temps de faire évoluer le texte, le débat parlementaire devant se poursuivre au Sénat puis une nouvelle fois à l'Assemblée nationale.

    En février 2020, lors de la conférence nationale du handicap, le Président de la République, qui a fait du handicap une priorité de son quinquennat, fixait des objectifs ambitieux : "permettre à chacune et chacun de vivre une vie digne, une vie libre" ; "continuer à aller sur le chemin de l'allocation digne pour toutes les personnes en situation de handicap" ; "ouvrir de nouveaux droits pour les personnes en situation de handicap : le droit de se marier, de se pacser, de divorcer". Nous demandons au gouvernement de mettre ces promesses en application.

    Lors du comité interministériel du handicap du 5 juillet 2021, le Premier ministre a considéré que cette demande de déconjugaliser l'AAH « n'était pas illégitime »… tout en maintenant la position du gouvernement défendue à l'Assemblée nationale.

    Le 16 septembre 2021, nos organisations appellent donc à des rassemblements partout en France :
    - pour le respect des droits et de la dignité des personnes et la reconnaissance de leur citoyenneté,
    - pour faire entendre la colère des personnes en situation de handicap, de leur famille et de la société civile mobilisée face à cette injustice sociale,
    - pour que l'individualisation de l’AAH soit définitivement votée dans le cadre d'un processus parlementaire démocratique.

    Premières organisations signataires : APF France handicap, Collectif Handicaps, Ligue des Droits de l'Homme, Fnath, Aides, Voir Ensemble, FISAF, ASEI, Vaincre La Mucoviscidose

    #AAH16septembre #DéconjugalisationAAH

    Evènement facebook

  • Mecredi 21/07 : ”La sex.U.alité n'est pas une histoire à dormir debout” - C'est quoi l'intimité ? Regardons par la lorgnette...

    Mercredi 21 juillet : "la sex.u.alité n'est pas une histoire à dormir debout" de 17h à 18h30 sur Radio Roue Libre

    Lors de cette émission, nous accueillerons des étudiants
    ayant suivi un cursus pour obtenir un Diplôme Universitaire PESH
    (Personne Experte en Situation de Handicap)
    à l'Université Paris Diderot.
     
    Nous avions prévu de les recevoir en mai dernier,
    mais le plateau de l'étape parisienne de la Caravane des Enfants
    avait quelque peu débordé et nous n'avions pas été en mesure de le faire.
    Cette fois ci sera la bonne !
     

    C'est quoi l'intimité ?

    Regardons par la lorgnette…

    Notre équipe de choc sera donc accompagnée de
    Vickie, Magali,  Noëlle et Marion avec qui nous allons échanger
    sur leur cursus et leur approche du handicap en matière
    de vie affective et sexuelle.

    Vous pouvez nous envoyer toutes vos questions, témoignages,
    suggestions, envies, sur notre boite spécifique radio.sex.u.alite@gmail.com
    avant l'émission, elles seront évoquées à l'antenne de manière totalement anonyme.

    Pour participer en direct à l'émission, y réagir, nous questionner,
    partager vos expériences... Il suffit de composer le 01 70 95 03 50
    puis de tapez le numéro de réunion 81 75 32 93 12
    et enfin d'appuyer deux fois sur la touche dièse #.

     

    Radio Roue Libre en podcast sur Anchor !

    Retrouvez en podcast sur Anchor toutes nos émissions précédentes
    mais également toutes les émissions passées de Radio Roue Libre !


    On vous donne rendez-vous

    mercredi 21 juillet
    de 17h à 18h30
    sur twitch.tv/radio_rouelibre

    Pour la prochaine émission, il faudra attendre la rentrée,
    on vous tient au courant, d'ici là passez un bel été !

  • MDPH : Mini-série pour faciliter l’appropriation du formulaire de demande.

    La MDPH 33 et le Département de la Gironde dans le cadre de leur engagement comme territoire 100% inclusif ont créé une mini-série pour faciliter l’appropriation du formulaire de demande.

    Les trois épisodes écrits par Abda Abdelli et Noël Magis présentent de manière ludique et concrète les parties essentielles du formulaire pour en faciliter la compréhension. Déjà simplifié dernièrement, il est à renseigner par les personnes en situation de handicap pour pouvoir bénéficier d’un soutien adapté. Ce formulaire permet d’évaluer les droits et prestations qui répondent à la situation de handicap de chaque personne.

  • "Incassable", une série de portraits ​d'athlètes à voir sur le canal 27, à partir de lundi 12 juillet.

    A l’occasion des Jeux paralympiques de Tokyo en 2021, France Télévisions propose "Incassables", une série de 12 portraits d’athlètes. 6 hommes et 6 femmes qui se prêtent avec sincérité et humour au jeu de l’interview menée par Djamel Mazi dans des lieux étonnants : des lieux qui mettent en valeur la performance et la beauté des corps, de tous les corps... Elle sera diffusée à partir du lundi 12 juillet, sur le canal 27.

  • Séjours vacances et handicap : Un questionnaire sur la liste de vos envies !

    Photo de personnes au parc aquatique

    APF Évasion France handicap, en collaboration avec le CREAI Nouvelle-Aquitaine, lance un questionnaire pour mieux connaître les habitudes et souhaits de vacances des personnes handicapées ainsi que de leurs proches. Objectif : mieux répondre à leurs attentes et faire évoluer son offre.

    Partir en France ou à l’étranger ? En été ou plutôt en dehors de la période estivale ? Sur quelques jours ou plus longtemps ? Dans un groupe ou en famille ? Pour une semaine branchée musique ou sur un séjour 100 % sport ? Destinations préférées, lieux d’hébergement souhaités, aides nécessaires, activités privilégiées… : en quelques clics est ainsi offerte la possibilité de donner son avis. Date limite pour le faire : le 31 juillet. À vos claviers !

    Répondre au questionnaire