Blog du territoire Grand Paris - Page 2

  • Annuaire des lieux de soins accessibles : L'équipe d'Unis Cité de Bondy nous rejoint !

    Photo de la formation à l'Annuaire des lieux de soins accessibles avec Unis Cité

    L'équipe des volontaires d'Unis Cité de Bondy a été sensibilisée aux différents types de handicap puis formée sur l'accessibilité en particulier sur l'accessibilité des lieux de soins. Cette formation a eu lieu le jeudi 29 octobre à Aubervilliers. 

    Un binôme de volontaires (et ce y compris pendant le confinement) nous aidera sur les appels auprès des professionnels de santé pour remplir le questionnaire via handicap-soins.org. Les autres volontaires pourront nous aider ponctuellement sur l'Annuaire des lieux de soins accessibles et également sur d'autres missions.

    Un grand merci à eux et à leur coordinateur!

    Pour les aider à lutter contre le renoncement aux soins des personnes en situation de handicap, contactez Pauline Bourgeois par mail à pauline.bourgeois@apf.asso.fr ou par téléphone au 06 45 55 29 89.

    Pour en savoir plus rendez-vous sur handicap-soins.org

  • Transdev IDF et APF France handicap : Objectif Bus !

    logo.svg

     

    APF France handicap a signé le 18 septembre un partenariat avec Transdev IDF en Île-de-France pour renforcer l’accessibilité des transports franciliens. Double objectif : évaluation de l'accessibilité par les usagers concernés et sensibilisation de l’ensemble du personnel francilien de l’opérateur.

    55 % de voyageurs rencontrent des difficultés d’accessibilité lors de leurs déplacements en transport en commun, selon un sondage Ifop-APF France handicap en janvier 2020. Opérateur de transport, Transdev IDF, filiale française du groupe multinational, s’est engagé à suivre le schéma directeur d'agenda programmé. Pour y parvenir d'ici 2024 en Île-de-France, la filiale a fait appel à APF France handicap.

    Objectif : 100% des lignes de bus accessibles !

    On ne change pas une équipe qui gagne ! Après une première collaboration réussie dans les départements de Seine-et-Marne et d’Essonne, Transdev IDF et APF France handicap ont signé le 18 septembre un nouvelle engagement réciproque qui concerne toute la région d’Ile-de-France. « Suivant la volonté des adhérents, nous visons une mobilité inclusive optimale sur 100% des lignes de bus » résume Lydie Mimis, Chargée de développement des Actions associatives Territoire Essonne et Seine et Marne.

    Une grille d’évaluation au cordeau

    Ce partenariat se donne les moyens de développer l’accueil et la qualité d’usage pour les voyageurs en situation de handicap. « A l’image de la délégation APF territoire Sud Est (Seine-et-Marne/Essonne), où une équipe d’expert composée de 4 à 5 adhérents formés ont déjà évalué l'accessibilité de 232 points d’arrêts de bus sur 8 communes, nous allons faire de même sur tout le réseau Ile-de-France. »

    Une grille d’évaluation a été élaborée par le Service national politique d'Inclusion d'APF France handicap et Transdev IDF. Elle comprend 14 critères basés sur le guide Bus et cars accessibles, édité par Céréma en collaboration avec APF France handicap. Huit critères sont exigés par IDF-Mobilité (Autorité organisatrice du transport) et six par APF France handicap.

    Former les conducteurs et tout le personnel

    Second axe essentiel pour assurer l’accessibilité des transports en commun : la sensibilisation et la formation des conducteurs à la prise en charge des voyageurs en situation de handicap. La sensibilisation se fera au travers d’exercices en ligne de mise en situation et de parcours pédagogiques de mobilité et de prise en charge. Cela non seulement auprès des conducteurs et aussi auprès des agents de médiations, chefs de secteurs, chefs de gare, service marketing-relation client et administratif...

    Une marge de progression amorcée pour atteindre les 100% de lignes accessibles.

  • Pour APF France handicap, l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) est d’abord une prestation familiale et doit demeurer pour l’essentiel dans la branche famille.

    À la veille du débat parlementaire à l’Assemblée nationale sur le PLFSS 2021, APF France handicap s’inquiète de l’éventualité du transfert de l’AEEH dans sa globalité de la branche famille à la nouvelle branche autonomie.
    APF France handicap est totalement défavorable à ce transfert intégral : il va à l’encontre de l’essence même de cette allocation qui est avant tout une aide financière familiale.
    L’association propose de garder la partie "allocation familiale" de l’AEEH dans la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) : seuls certains éléments de ses compléments pourraient être transférés à la branche autonomie de façon à créer une véritable prestation de compensation du handicap (PCH) Enfant.
    APF France handicap demande par conséquent la suppression de l’article du PLFSS qui transfère l’intégralité de l’AEEH à la branche autonomie.
    L’association demande également au gouvernement d’engager une concertation préalable pour la création d’une vraie PCH Enfant dans la branche autonomie, PCH Enfant qui pourrait alors intégrer certains éléments des compléments de l’AEEH.

    > L’AEEH de base et certains éléments de ses compléments constituent une prestation familiale
    L’allocation d’éducation de l’enfant handicapé est une prestation en espèces de la branche famille de la Sécurité sociale1 destinée à couvrir, au moins en partie, les coûts de l’éducation apportée à un enfant handicapé de moins de 20 ans. L'AEEH est composée d'une allocation de base, à laquelle il peut être ajouté un complément d'allocation, dont le montant est gradué en six catégories, selon :
    - les frais supplémentaires générés par la situation de handicap de l’enfant ;
    - la cessation ou la réduction d'activité professionnelle de l'un des parents nécessitée par ce handicap ;
    -  l'embauche d'une tierce personne.
    Le rapport Vachey rendu dernièrement propose des mesures relatives au périmètre pour la nouvelle branche autonomie. Parmi elles, l’intégration de l’AEEH de base et de ses compléments motivée par un souci de simplification des démarches des familles dans l’optique d’un rapprochement entre cette allocation et la prestation de compensation du handicap (PCH).
    Pourtant, afin de faire évoluer cette prestation, l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) avait été chargée d’une mission relative à la compensation pour les enfants en situation de handicap, dont l’objectif premier était d’aboutir à une “évolution de l’AEEH et de la PCH Enfant et de leur articulation”. Et le rapport remis par Daniel Lenoir en juin 2019 identifiait les problématiques et proposait des scénarios qui n’ont pas fait l’objet de concertation à ce stade.
    L’AEEH constitue une prestation familiale correspondant à une situation de la famille. Elle permet de prendre en compte le côté particulier d’une famille dont un enfant est en situation de handicap au même titre que d’autres prestations familiales prennent en compte d’autres situations particulières : par exemple, l’allocation de soutien familial, le fait d’être un parent isolé ou l’allocation de rentrée scolaire, celle d’avoir un enfant scolarisé.
    Pour APF France handicap, transférer l’intégralité de l’AEEH dans la nouvelle branche autonomie exclurait alors les parents qui ont un enfant en situation de handicap du droit commun que constituent les prestations familiales.

    > Pour la création d’une véritable prestation de compensation du handicap (PCH) Enfant
    Certains éléments des compléments de l’AEEH relèvent néanmoins de besoins de compensation (aides humaines, aides techniques, frais spécifiques, etc.) quand d’autres permettent à un parent de réduire ou cesser son activité professionnelle pour s’occuper de l’enfant et/ou d’avoir recours à l’embauche d’une tierce personne rémunérée : ils pourraient donc à terme être transférés dans la branche autonomie à condition de créer une véritable prestation de compensation du handicap (PCH) Enfant. Toutefois cela ne pourrait se faire qu’après les concertations attendues depuis la remise de rapport de l’Igas.

    APF France handicap demande donc la suppression de cette mesure du PLFSS 2021. Cette suppression doit s’accompagner de l’engagement du gouvernement d’entamer des concertations sur le sujet afin de créer une PCH Enfant et de définir son articulation avec l’AEEH.

  • La MDPH de Paris reste ouverte durant le confinement pour les situations complexes et/ou urgentes, mais avec des horaires adaptés.

    La MDPH de Paris reste ouverte durant le confinement pour les situations complexes et/ou urgentes, mais avec des horaires adaptés.

    Nous vous invitons à nous contacter par téléphone et par mail.

    L’ensemble de l’équipe de la MDPH adapte son organisation pour poursuivre ses missions d’informations, instruction des demandes, évaluation des besoins et prise de décisions par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes en situation de handicap (CDAPH) au service des parisiennes et parisiens en situation de handicap.

    Le confinement a pour but de limiter la circulation du virus en diminuant les déplacements et interactions de chacun. Nous invitons donc les personnes à privilégier pour les contacts avec la MDPH, les appels téléphoniques au 01 53 32 39 39 et les mails à contact@mdph.paris.fr, ou consulter les nombreuses informations disponibles sur le site Internet.

    Toutefois les personnes ayant besoin de se rendre à la MDPH pour des situations complexes et/ou urgentes doivent pouvoir le faire. C’est pourquoi l’accueil dans les locaux de la MDPH sera ouvert tous les jours de 10 h à 15 h à compter du 2 novembre et jusqu’à nouvel ordre. Ces horaires adaptés ont également pour but de permettre aux usagers d’emprunter les transports en commun en dehors des heures de pointe.

    Les accueil téléphonique et numérique poursuivent leurs activités sur les horaires habituels (de 9 h à 16 h).

    Pour les personnes sourdes et malentendantes :
    – téléphone via le service Acceo tous les jours de 10h à 15h : visio-interprétation en LSF, visio-codage en LfPC, Transcription Instantanée en Parole
    – mail : contact@mdph.paris.fr
    – pour des situations complexes et/ou urgentes : accueil LSF dans les locaux de la MDPH les lundis et mardis de 10 h à 13 h et de 14 h à 15 h (merci de privilégier les contacts par mail et téléphone).

    Enfin, la crise sanitaire actuelle que traverse le pays est sans précédent et les inquiétudes et préoccupations légitimes des citoyens en situation de handicap entraînent un nombre de sollicitations accrues à l’accueil de la MDPH.

    Dans ce contexte de forte activité et d’incertitudes, nous constatons une augmentation de nos délais de réponses, mais pouvons vous assurer de la mobilisation sans faille des agentes et agents de la MDPH, et ce depuis le début de la crise. Nous mettons tout en œuvre pour assurer nos missions.

    https://handicap.paris.fr/covid-19-la-mdph-adapte-ses-horaires-douverture-au-public/

  • Portrait de Claire Brown, sophrologue bénévole à la délégation 92.

    Claire Brown et des participants à l'atelier de sophrologie à la délégation des Hauts-de-Seine

    « On se retrouve dans l’essentiel de l’humain, hors maladie, hors culture , on est tous égaux face à ce besoin d’harmonie entre le corps et l’esprit. » Claire Brown

    Ce jeudi 8 octobre, j’ai eu le plaisir d’interviewer Claire Brown, 61 ans, sophrologue bénévole à la délégation 92 d’APF France handicap. Elle était infirmière au SAMSAH (Service d’Accompagnement Médico-Social pour personnes Adultes Handicapées) jusqu’à son départ en 2016. Elle dispense des séances de sophrologie deux jeudis après-midi par mois à la délégation de Nanterre mais elle exerce également en clinique, au sein d’une communauté de personnes venant d’Afrique qui se retrouvent déracinées. Ces séances s’effectuent en petits groupes mais parfois elle donne des séances individuellement.

    Comment a-t-elle connu l’APF France Handicap?

    Claire Brown a vu sa maman faire des dons à l’association dans son enfance. Par la suite, elle m’a confié qu’elle a été très rapidement confrontée au handicap : par exemple les deux parents d’une de ses amies de jeunesse étaient atteints de poliomyélite et travaillaient à l’APF. Plus amusant : son premier trajet en voiture après l’obtention de son permis de conduire était au volant de celle d’une personne en situation de handicap, dans les années 70. Claire Brown a eu l’occasion de comparer la situation les années 80 des personnes handicapées en France à celle au Royaume-Uni où elle a travaillé. A l’époque, en France, les personnes en situation de handicap ne sortaient pas dans la rue, à l’inverse du Royaume-Uni. Heureusement, bien que la situation soit encore loin d’être parfaite, elle a beaucoup évolué, et ce grâce à des associations telles que APF France handicap, qui se bat pour faire valoir leurs droits.

    Avant de quitter le SAMSAH, elle a eu l’opportunité de suivre la formation de sophrologie à l’académie de sophrologie de Paris dirigée par un médecin en 2013. Merci le SAMSAH! Cette formation lui a permis d’obtenir un diplôme l’année suivante et c’est ainsi qu’elle a débuté ses séances de sophrologie auprès d’usagers du SAMSAH et d’adhérents d’APF France handicap.

    Claire Brown et des participants à l'atelier de sophrologie à la délégation des Hauts-de-Seine

    Mais qu’est-ce que la sophrologie?

    Il s’agit d’une méthode psychocorporelle qui permet l’harmonie entre le corps et l’esprit : « Notre corps est lié à notre esprit, à notre mental ainsi qu’à nos émotions. Lorsque l’un va mal l’autre aura plus de difficultés à aller bien. »

    Par un apprentissage d’une respiration libérée des tensions, des mouvements doux et des exercices pour plonger au fond de soi-même, on apprend à repérer ses ressentis positifs et à agir sur son corps, à prendre conscience de la vie qui circule dans notre corps. ATTENTION, la sophrologie ne se substitue à aucun traitement mais elle les rend plus efficaces ! Cela permet à la personne de se sentir maîtresse, actrice de sa santé.

    Lorsqu’une personne voit son quotidien brutalement changer à la suite d’un accident, d’une maladie, quand elle doit faire le deuil de sa vie d’avant, l’esprit est très perturbé et elle a besoin de trouver une activité qui l’aide à reprendre confiance en ses capacités et à retrouver une certaine paix intérieure. Claire Brown m’a informée que cette discipline permet d’en apprendre beaucoup sur soi-même mais également sur les autres. Les personnes qui assistent à ses séances lui font confiance, ils « se laissent guider et entraîner » pour retrouver de l’harmonie entre le corps et l’esprit. Il y a toujours un moment de partage après chaque séance où chacun se confie sur la manière dont il/elle a vécu la séance (physiquement et psychologiquement), s’exprime sur ses ressentis pendant la séance. Cela peut être une excellente occasion de faire des rencontres, de se confier.

    Ce qu’elle attend d’APF France handicap ?

    Tout simplement qu’elle œuvre pour créer des rencontres : « l’être humain est fait pour vivre en société et travailler ensemble ». Elle reconnait que certes il est nécessaire d’avoir une certaine autonomie mais il ne faut surtout pas que cela conduise à l’isolement de l’être humain car on le rappelle, «si l’esprit va mal, le corps ira mal ». Madame Brown a souligné l’importance de s’aider les uns les autres, car on a tous besoin de quelqu’un pour vivre.

    Propos recueillis par Assiatou Balde.

  • Des nouvelles de Cécile, sophrologue à la délégation du Val-de-Marne.

    Photo de gâteaux préparés par Cécile.

    Cécile Trécourt, notre thérapeute Sophrologue référente sur la délégation du Val-de-Marne,  nous a généreusement fait parvenir un nouvel enregistrement audio, voici son message :

    Bonjour à vous tous !

    J'espère que vous allez bien et que vous avez passé une bonne semaine !!

    Concernant nos échanges de la semaine dernière, je reviens vers vous pour vous partager des petites choses que j'ai entrepris et qui me font du bien. Peut-être que cela peut vous donner des idées pour changer certaines choses dans votre quotidien, le renouveler avec de nouvelles activités positives qui vous permettent de transformer cet épisode malheureux en période positive !!

    N'oubliez pas que la seule chose sur laquelle nous puissions agir pour nous sentir mieux, c'est nous-mêmes ! Nous n'avons que très difficilement le pouvoir d'influer sur le cours extérieur des choses à titre individuel. Donc nous devons changer radicalement la perception que nous avons des choses qui nous entourent en travaillant dans la joie et la bonne humeur à nous en détacher, à nous recentrer et à porter notre attention sur des choses et des personnes qui nous font du bien !

    Quelques idées en vrac !!
    - Faire une carte de voeux pleine d'optimisme que vous enverrez à tous vos amis et votre famille pour leur apporter un peu de positive attitude en cette année si particulière pour nous tous.
    - Faire un pêle-mêle de toutes les cartes postales que vous avez reçues ces dernières années.
    - Faire la liste dans un petit journal de bord du bonheur, des petites choses positives de la journée tous les soirs et vous endormir en portant votre attention successivement sur chacune de ces petites choses juste quelques secondes.
    - Se rémémorer le soir tout ce que nous avons de bon dans la vie, des gens que nous aimons et qui nous aiment, un toit sur la tête, de quoi se faire à manger, de quoi vous distraire, un livre, un film, de la musique etc...
    - Vous tester sur de nouvelles recettes en cuisine (je vous ai mis des photos en bas de ce mail !),
    - Vous lancer dans la pâtisserie,
    - Faire un petit tableau, un dessin ou bien de la peinture au numéro,
    - Vous mettre ou vous remettre au tricot ou au crochet !! avec un peu d'amidon, on peut faire de très belles petites bonbonnières à offrir pour Noël,
    - Vous lancer dans un petit travail simple de couture (profondément relaxant aussi pour ma part et souvent beaucoup de satisfaction à réparer quelque chose plutôt que de le jeter ;-))
    - Vous pouvez aussi commencer à réfléchir pour vos petites décorations de Noël toutes simples pour vous brancher sur des moments de partage et de bonheur avec les gens que vous aimez. Comme acheter des petites boules en polystyrène et des sequins dorés ou argentés
    - Commencer à réfléchir à votre liste de petits présents de Noël à venir, et pourquoi pas cette année des cadeaux faits main ? Puisque nous sommes un peu "coincés" chez nous ?
    - Par exemple acheter 1 kg de clémentines, de poires ou de prunes si vous en trouvez et faites quelques pots de confiture maison à offrir ! ou des chutney salés sucrés (plein de recettes sur Marmiton !) ? Et pourquoi pas aussi des petits biscuits secs aux épices de Noël ?

    De mon côté, je vous partage mes enregistrements sonores, comme je n'ai pas bougé de chez moi cette semaine, j'ai décidé d'enregistrer les oiseaux que j'entends le matin tôt dans ma résidence.

    Si mon idée de "chant des oiseaux" vous plaît, vous pourriez à l'occasion, un matin, quand il y a un peu moins de bruit, réaliser un enregistrement de 3 minutes maximum des petits zoziaux que vous entendez depuis votre fenêtre dans votre résidence ? Puis me l'envoyer ? Ainsi je continuerai à compléter ma petite audiothèque qui me permet d'offrir au gens la possibilité de se changer les idées et de porter son attention sur le babillage des oiseaux, plutôt que sur les babillages humains qui nous entourent en ce moment et qui sont malheureusement parfois toxiques ;-)

    Allez, je vous partage aussi quelques unes de mes dernières réalisations en cuisine pour vous donner des idées !! La semaine prochaine, je vous enverrai un tuto pour faire un super plat d'hiver tout simple que j'adore

    Bien amicalement,

    Cécile

    Cécile reste à votre entière disposition pour toute demande complémentaire ou tout conseil dans cette situation exceptionnelle. Vous pouvez la contacter via la délégation du Val-de-Marne.

  • Mardi 17/11 : Webinaire "Jeunes en situation de handicap et emploi : une génération doublement sacrifiée ?"

    Dans le cadre de la Semaine européenne pour l'emploi des personnes handicapées #SEEPH2020, APF France handicap, en partenariat avec les Actualités Sociales Hebdomadaires, vous convie au webinaire :  

    Jeunes en situation de handicap et emploi :  

    une génération doublement sacrifiée ? 

    Mardi 17 novembre 2020 

    de 16h00 à 17h00 

    Comme tous les jeunes, les jeunes en situation de handicap souhaitent accéder au monde du travail et initier un parcours professionnel leur permettant d’avoir un emploi stable, qualifié et rémunéré pour pouvoir vivre dignement.  

    Toutefois ils se heurtent à un certain nombre d’obstacles liés à la fois à leur jeunesse, en tant que nouveaux entrants dans l’emploi, mais surtout à leur handicap, obstacles aggravés par la crise sanitaire en cours. 

    Animé par Sophie Massieu, journaliste aux Actualités Sociales Hebdomadaires, ce webinaire, repose sur des témoignages de jeunes en situation de handicap et des exemples concrets d’initiatives menées sur le terrain. Il invite à une réflexion sur l’efficacité des leviers mis en place pour accompagner ces jeunes dans l’accès à l’emploi dans une économie en crise. 

    Avec les interventions de :  

    Marie-Pierre Toubhans, Maître de conférences associée à l’INSHEA et coordinatrice générale de l’association Droit au savoir
    Samuel Carvou, Chargé de mission APF France handicap des Hauts-de-France
    Jacques Dangleterre, Chargé de projet handicap jeunes, Convergence 93
    Eric Burdin, Responsable de la Plateforme Appui Conseil Pôle Enfance Jeunesse APF France handicap (38) 
    Olivia Bars du Jeu, Cheffe de projets APF Entreprises 
    Alain Rochon, Président d’APF France handicap 

    Vous pouvez vous inscrire dès à présent,
    jusqu’au 16 novembre. 

    Un lien vous sera envoyé pour vous connecter au webinaire. 

    JE M’INSCRIS 

     

  • Retour sur la séance de l'Atelier bien-être animé par Julie Duma.

    Montage photo de l'atelier bien-être à la délégation du Val-de-Marne

    8 adhérents et bénévoles ont participé lundi 19 octobre au nouvel atelier bien-être mis en place à la délégation du Val-de-Marne.
     
    Ils ont fabriqué une crème des mains avec les produits proposés par Julie Dumas la référente de l'atelier dans une ambiance conviviale. En plus de la crème des mains. Julie a aussi réalisé la manicure à tous les participants. Ils étaient tous heureux de vivre ces moments ensemble dans le respect des gestes barrières.
     
    L'atelier aura lieu une fois par mois à la délégation, les inscriptions se font auprès des salariés de la délégation.
  • La vie continue en délégation dans le respect des gestes barrières...

    Un mardi comme un autre à la délégation de Paris en ces temps de covid-19...

    Photo de groupe de l'atelier convivialité et jeux de société

    L'atelier "Convivialité & Jeux de société" animé par Fidel, Carla
    et 3 bénévoles de l'association Solid'UP  se déroule dans la salle Alinéa.
    Joie de se retrouver et bonne humeur sont de la partie...

    Photo des salariés du territoire dans les bureaux de la délégation de Paris

    Pendant ce temps là, les salariés du territoire et de la région
    s'activent studieusement dans les bureaux.

    Photo de salariés et bénévoles au groupe Sensibilisation

    En parallèle, salariés et bénévoles du territoire du "Groupe Sensibilisation"
    se réunissent dans la salle bleue (présentiel et visioconférence)
    pour plancher sur de nouveaux outils.

  • Retour sur le déjeuner mensuel du groupe amitié partage et solidarité.

    Les adhérents du groupe amitié partage et solidarité se sont retrouvés ce lundi 12 octobre à la délégation pour leur déjeuner mensuel sur le thème de l'Algérie en Kabyle, un voyage culinaire.

    Montage photo du groupe amitié partage et solidarité à la délégation du 94

    Au Menu : Couscous, poulet, merguez, boulettes de viande de bœuf. 
     
    Georges Da Silva a également partagé avec ses amis son gâteau d'anniversaire. Les participants ont passé des très beaux moments ensemble, dans le respect des gestes barrières avant et après le repas. Un grand Merci à la cuisinière Louisa BAHLOUL, assistée par Fazia, Odile, Edwige et Eugenia.